BIENVENUE

Voici pour vous quelques conseils judicieux en tous domaines, pour allier pratique et mieux-vivre.
Si vous aussi, vous avez vous des trucs à nous faire partager,
écrivez-nous et nous entreposerons vos messages dans ce blog
.
De même, visitez souvent un sujet car il se peut qu'au fur et à mesure de nos découvertes,
nous le complétions !


mercredi 28 mai 2014

Tisane de queue-de-loup

Cette plante porte plusieurs autres noms : faux bouillon blanc, molène, cierge de Notre Dame, herbe de saint Fiacre.
Les fleurs et racines offrent bon nombre de vertus. On ramasse les racines au début du printemps, juste avant la floraison. Quant aux fleurs, elles se cueillent de juin à septembre, de préférence le matin, par temps ensoleillé.
Pour conserver les fleurs séchées dans une boite hermétique, prélevez seulement la corolle et les étamines, sans le calice, et faites-les sécher à l'ombre.
Attention aux graines, elles sont toxiques, à tel point que les pêcheurs les utilisent pour engourdir les poissons.

Pour une tisane expectorante, on conseille de mélanger à la queue-de-loup de la poudre de racine de tussilage, ou bien encore des racines de pensée, de réglisse et de guimauve, avec de l'anis étoilé, mais vous pouvez aussi ajoutez des fleurs de camomille et de rose trémière
La queue-de-loup est également réputée antibiotique, anti-inflammatoire, astringente, diurétique et calmante... la purge totale !!

Cueillette :
20 g de fleurs et racines de queue-de-loup

Lavez la récolte
Faites bouillir 50 cl d'eau, y laisser infuser les fleurs et racines pendant 5 min.
Filtrez le liquide de manière à éliminer les duvets de la plante.
Servez très chaud.

Pour préparer une tisane efficace contre le refroidissement, on associe à la tisane de queue-de-loup, des feuilles de plantain, d'origan et de sauge....
A consommer bien chaud évidemment !!

Le savez-vous ? La queue-de-loup est associée à bon nombre de traditions populaires.
En France, la veille de la Saint-Jean, on brûlait de grandes tiges de cette plante.
On en conservait les cendres afin de se protéger du tonnerre.
En Allemagne, les jeunes femmes suspendaient ses fleurs au-dessus de leur lit, pour vivre très longtemps.
La queue-de-loup était très prisée pour décorer les églises. On enduisait ses longues tiges de suif pour les transformer en bougies et en les allumant, on obtenait une lumière chatoyante. La plante parfumait ces lieux saints et on l'appelle encore cierge de Notre-Dame

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...