BIENVENUE

Voici pour vous quelques conseils judicieux en tous domaines, pour allier pratique et mieux-vivre.
Si vous aussi, vous avez vous des trucs à nous faire partager,
écrivez-nous et nous entreposerons vos messages dans ce blog
.
De même, visitez souvent un sujet car il se peut qu'au fur et à mesure de nos découvertes,
nous le complétions !


mercredi 25 juillet 2012

A la racine

Les bâtons de réglisse que l'on peut mâcher tel quel pour en déguster le jus rafraîchissant, sont les racines d'une jolie plante de la famille des fabacées, comme les haricots et les pois de senteurs, et que l'on peut cultiver facilement dans son jardin.
Ces racines, que l'on récolte au bout de trois ans de végétation, sont recouvertes d'une écorce brune qui abrite une texture fibreuse baignant dans un suc jaune.
Ce suc contient essentiellement de la glycyrrhizine, saponine cinquante fois plus douce que le sucre blanc (saccharose).

La réglisse n'est pas une plante tout à fait inoffensive.
Il faut éviter les prises répétées de bonbons à la réglisse si on est sujet à l'hypertension.
Elle est également déconseillée aux femmes enceintes.

Une glycine sans fleurs

Il n'est pas rare que des glycines ne fleurissent jamais.
Cela peut venir d'une mauvaise exposition : les glycines n'aiment pas l'ombre, mais cela peut aussi venir de la plante elle-même.
Le meilleur moyen de s'assurer qu'une glycine est florifère est d'acheter toujours des plants greffés et en fleurs.

Préparer des cornichons

Cueillez les cornichons lorsqu'ils sont encore petits, ils en seront d'autant plus croquants.
Lavez-les en les brossant pour éliminer les petits poils piquants de la peau.
Rangez-les dans une terrine en alternant une couche de cornichons et une couche de sel.
Le lendemain, jetez la saumure qui s'est formée, rincez les cornichons et plongez-les dans du vinaigre d'alcool, en y ajoutant des petits oignons et quelques branches d'estragon.
Pour une bonne conservation, au bout de 10 jours, récupérer le vinaigre et faites-le bouillir, puis reversez-le sur les cornichons.

Doryphore et mildiou

Cet insecte et ce champignon microscopique sont les deux principaux ennemis de la pomme de terre.
Les larves des doryphores dévorent les feuilles.
La méthode écologique pour s'en débarrasser est d 'intercaler entre les pieds des plantes répulsives comme le lin et la tanaisie, mais aussi de ramasser tous les matins sous les feuilles les œufs et les larves.

Le mildiou s’attaque aussi au feuillage et aux tubercules, il se développe avec la chaleur et l'humidité.
Seule la prévention est efficace ; une fois atteinte par ce champignon, la plante meurt.
La bouillie bordelaise et une pulvérisation du feuillage avec du purin d'orties sont des traitements efficaces et sans danger.

Des boutures faciles

Les plantes aromatiques vivaces comme le thym et le romarin se multiplient facilement par boutures faites en poquet.
Il suffit de couper un bout de tige de 10 cm environ, sur laquelle on laisse quelques feuilles et que l'on plante dans du terreau mêle de sable.
Arrosez et recouvrez le poquet d'un film en plastique transparent.
Lorsque la bouture a pris et a émis de jeunes feuilles, on peut alors l'installer en pleine terre.

Idées reçues pour le melon

Il est difficile d’apprécier la qualité de la chair d'un melon enfermée dans son écorce épaisse.
Certains prétendent que seuls les melons possédant dix côtes sont bons, ceux à neuf ou onze côtes ayant un goût de courge !
Cela est complétement faux ; fausse également l'idée qu'il faut choisir les melons femelles plutôt que les mâles (les femelles auraient le côté opposé au pédoncule plus large que les mâles !).
Comem les anges, les melons n'ont pas de sexe.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...