BIENVENUE

Voici pour vous quelques conseils judicieux en tous domaines, pour allier pratique et mieux-vivre.
Si vous aussi, vous avez vous des trucs à nous faire partager,
écrivez-nous et nous entreposerons vos messages dans ce blog
.
De même, visitez souvent un sujet car il se peut qu'au fur et à mesure de nos découvertes,
nous le complétions !


vendredi 20 juillet 2012

Des crèmes enrichies

Le vinaigre au miel, de cidre ou aux fleurs ne peut remplacer à lui seul tous les produits de beauté, mais il existe une excellente manière d'ajouter à ceux-ci une touche finale qui leur donne un petit plus :
Incorporez 1 cuillerée à café de vinaigre à votre crème de jour ou de nuit, à celle, notamment, que vous utilisez pour les mains (en particulier si vous avez des taches de vieillesse).

Viandes

Donnez une saveur particulière à vos viandes bouillies et pot-au-feu en ajoutant 1 ou 2 cuillerées à soupe de vinaigre de cidre dans l'eau de cuisson.
Pour atténuer le goût du gibier un peu trop marqué d'un faisan ou d'une pièce de venaison, rincez abondamment ou laissez tremper pendant 30 minutes la viande dans une eau vinaigrée.

Le sourire d'une reine

L'origine des calissons d'Aix est sujette à controverse et plusieurs légendes racontent leur apparition.
La plus belle, mais sans doute la moins réaliste, est celle de Jeanne de Laval, réputée austère, mais qui, le jour de ses noces avec le roi René, aurait souri pour la première fois en mangeant un biscuit aixois.
"Que déguste la reine avec tant de plaisir ? aurait demandé un prince
"Di calin soun (ce sont des calins) aurait répondu un autre"
Les calissons seraient ainsi nés du sourire d'une reine.
En réalité, c'est à une autre femme, Stéphanie Bicheron, que l'on doit la recette des calissons.
En forme de navette, ils sont faits d'amandes et de melon confit, le tout recouvert d'un nappé de glace royale reposant sur une feuille de pain azyme.
Les calissons sont de confiseries fragiles qui vieillissent mal.
Il faut les consommer le plus vite possible après leur fabrication.

Salade de coquelicots aux anchois



Mélangez dans un saladier des feuilles de coquelicots cueillis en plein champ, des jeunes pousses d'épinard et des feuilles de laitue bien tendres.
Ajoutez 1 petite poignée de roquette, puis assaisonnez le tout avec de l’huile d 'olive dans laquelle vous aurez fait fondre quelques filets d 'anchois.
Le jus de 1 citron et un tour de moulin à poivre complètent l'assaisonnement.

Pastèque, citron et orange

Le mélange est délicieux, la couleur superbe et la confiture obtenue douée, dit-on, de vertus digestives. A la place de la pastèque, on peut aussi utiliser du potiron ou même des poires et ajouter au sucre cristallisé une petite proportion de sucre vanillé.

Faites blanchir les restes émincés de 3 citrons et de 3 oranges amères deux fois de suite pendant 10 minutes.
Pelez et coupez 1 pastèque en cubes et faites-les cuire à feu doux dans 1 litre d'eau pendant 20 minutes.
Ajoutez le jus des 3 citrons et celui de 5 oranges amères.
Ajoutez 750 g de sucre par kg du mélange obtenu et faites cuire à nouveau à feu doux pendant 1 heure environ

Le kiwi

Dans les années précédant la Seconde Guerre mondiale, les arboriculteurs néo-zélandais adoptèrent un fruit découvert en Chine centrale au XIXe siècle : l'actinidia de Chine (Actinidia sinensis).
Sa saveur délicatement parfumée et sa richesse exceptionnelle en vitamine C imposèrent petit à petit cette nouveauté exotique.
Devenue populaire, elle changera de nom pour s'appeler "kiwi", comme l'oiseau emblème de son pays d'accueil.
Sa culture connut une expansion spectaculaire dans toutes les parties du globe où règne un climat doux, notamment dans le sud-ouest de la France.

Chez l'actinidia, les fleurs mâles et femelles s'épanouissent en mai sur des pieds séparés.
Blanc crème et parfumées, elles sont pollinisées par les abeilles.
Pour obtenir des fruits, il faut donc planter côte à côte un pied de chaque sexe (1 mâle suffit pour féconder 7 femelles).
La mise en terre se fait à l'automne dans une bonne terre de jardin, les sols trop calcaires ne conviennent pas ; les jeunes pousses doivent être orientés avec un tuteur vers le mur où elles grimperont, de préférence exposé au sud, dans n'importe quelle terre pas trop calcaire.

Sous une peau brune et duveteuse qui lui  a valu son surnom de "souris végétale", le kiwi cache une chair qui reste verte à maturité et possède une saveur à la fois douce et acidulée rappelant beaucoup celle de la groseille à maquereaux.
Les kiwis se dégustent crus et très frais.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...